Portrait d’entrepreneur – Elina & Christophe – Illicodrone

 

✨ Portraits d’entrepreneurs ✨

En quoi consiste votre activité ?

 

Nous avons créé une société d’inspection technique et de contrôle non destructif. Nous intervenons au sein des entreprises pour vérifier leurs matériel et fabrication en relation avec les normes applicables. Tout cela grâce à un drone !

 

Qu’est-ce que vous faisiez avant de devenir entrepreneur ?

 

Elina : J’ai un diplôme d’infographie mais il était difficile pour moi de trouver un emploi classique car je souffre d’angoisse.  J’avais besoin d’un environnement bienveillant et rassurant où je pouvais gérer mon stress et rester en bonne santé.
Après avoir longtemps cherché ma voie dans différents domaines, il est devenu évidant, au terme des recherches effectuées par Christophe pour ouvrir son entreprise, courant 2019, que mon aide et mon savoir serait un plus pour la création de l’entreprise.

Christophe :  J’ai maintenant plus de quinze ans d’expérience dans le contrôle qualité non destructif, avec des COFREND spécifique tel que, le ressuage ou la magnétoscopie. Suite à la fermeture de l’entreprise où j’ai dernièrement été employé,  j’ai effectué différentes missions d’intérim et recherches d’emploi, malheureusement peu concluantes.

Je me suis donc lancé dans des recherches pour me démarquer grâce au drone et ouvrir ma propre entreprise.

 

Quel a été votre déclic ? vos motivations ?

 

Nous avons eu l’idée en avril 2019 après que Christophe ait perdu son emploi. Nous voulions pouvoir être maître de notre situation et utiliser au mieux nos capacités. Nos différentes recherches nous ont mené vers le monde du drone pour apporter un nouveau support de contrôle à nos futurs clients.

Nous avons décidé de devenir indépendants pour nous affranchir des contraintes d’être salarié, prisonnier de l’inertie des structures conventionnelles.

Etre indépendants nous permet de mieux gérer notre temps et surtout de pouvoir s’ouvrir à plus d’opportunités professionnelles. En effet, nos activités sont très variées et le drone nous ouvre de nouveaux champs d’expertise.

 

Qu’est-ce qui vous rend le plus fier ?

 

Nous sommes fiers de pouvoir collaborer ensemble dans l’entreprise, ce qui a permis à Elina de pouvoir exprimer son talent dans un environnement protégé.  Nous sommes également très contents des bons retours de nos premiers clients.

 

Qu’est-ce que vous a apporté l’Association Germinal et son accompagnement ?

 

Grâce à Germinal, nous avons pu investir dans l’achat du matériel de départ pour le bon démarrage de notre entreprise !

 

Illicodrone
Tel : 07 67 53 54 37

Entreprendre au féminin ? C’est possible ! – Aurore

En quoi consiste votre activité ?

Je m’appelle Aurore Landa, j’ai 24ans et j’ai créé Lanore Bien-être & Esthétique, tout récemment. J’ai mis 1 an à la création et ai commencé en début d’année.

Esthéticienne à domicile je me déplace chez mes client(e)s pour réaliser des prestations bien-être, soins visage et corps, massages bien-être, à l’aide des produits de la marque biologique et française Centella et des prestations esthétiques ( épilations, onglerie ).

J’utiliserai également un appareil esthétique performant à partir du 16 mars, qui traite les imperfections cutanées type cicatrices d’acné, masque de grossesse, tâches liées au soleil; estompe les rides, ridules; tonifie et donne un coup d’éclat au visage. Il traite également les vergetures au niveau du corps. Il agit par triple action: gommage, modelage et luminothérapie qui renforce l’action des produits.

 

Qu’est-ce que vous faisiez avant de devenir entrepreneur ?

J’ai obtenu mon BTS métiers de l’esthétique, la cosmétique et la parfumerie (MECP) en juin 2019. J’ai par la suite réalisé un service civique au centre des finances publiques pendant 9mois pour améliorer mes capacités d’organisation et de gestion du stress tout en cherchant du travail dans mon domaine.

 

Quel a été votre déclic ? vos motivations ?

La situation sanitaire a fait que trouver du travail et avoir un haut diplôme sans expérience professionnelle n’était pas compatible. Je voulais attendre quelques années avant de créer mon entreprise mais le confinement m’a finalement convaincu de me lancer plus tôt. N’ayant pas d’enfant, le plus tôt était finalement le meilleur choix ! De plus, j’ai grandi avec une mère à son compte en tant que coiffeuse à domicile et j’ai toujours su que je suivrais sa trace.

J’avais également effectué durant mes études, un travail sur l’appareil que je vais utiliser et je savais donc qu’il répondait à un besoin, ce qui m’a poussé à démarrer Lanore

Indépendante de nature, j’ai toujours eu l’envie de me mettre à mon compte.  Avant d’entrer dans le monde de l’esthétique, je voulais être kinésithérapeute car je suis faite pour travailler dans le social et aider les gens à se sentir mieux. Le monde médical n’étant pas fait pour moi, le bien-être était un choix logique. Et même si travailler en institut ne m’a jamais posé de problème, avoir un BTS option management et une mère entrepreneuse à domicile a fait que j’aime être au cœur de l’action et que j’ai besoin de gérer moi-même mon travail pour être épanouie.

Qu’est-ce qui vous rend le plus fière ?

Ce dont je suis le plus fière c’est d’avoir réussi à créer une carte de prestations qui me ressemble. Je veux vraiment que mes clientes me voient comme une esthéticienne bien-être et améliorer cette idée reçue de l’esthétique à savoir que l’esthéticienne ne fait que du maquillage et des épilations. Ayant un BTS ,je suis avant toutes choses qualifiée pour les soins, je suis une technicienne de la peau ( sans être une experte je ne suis bien sûr pas dermatologue!) et j’aide les personnes à se sentir mieux.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre activité ?

Ce qui me plait le plus c’est d’apporter de la joie et du bien-être à mes clientes en plus de voir le résultat.

Que ce soit pour une cliente qui se fait épiler les sourcils pour la première fois et adore le résultat, la cliente qui fait un soin du visage et qui sent son visage hydraté, apaisé, avec le teint plus lumineux, celle qui se sent mieux après un modelage du dos, ou une pose de vernis, je repars en ayant le sentiment de les avoir aider à se sentir plus belle, plus relaxer. Pour les personnes âgées, d’avoir brisé un peu leur isolement et c’est ça le plus important pour moi.

 

Des conseils à donner aux futures entrepreneures ?

Ayez confiance en vous et croyez en vos rêves. Si vous avez une idée de projet qui répond à un besoin ou qui vous permet de vous sentir épanouie dans la vie, n’hésitez pas.

Faites vous aider par un organisme compétent, que ce soit la chambre des métiers, la BGE ou Germinal. On ne peut pas tout connaître et il y a plein de choses à penser quand on crée son entreprise. N’attendez pas 10ans parce que vous avez 22 ans et avez en tête des chefs d’entreprises qui ont majoritairement dépassés les 30ans ou au contraire que vous vous croyez trop âgé.

Si vous croyez en vous et que vous êtes motivée, vous y arriverez !

Également s’il vous manque la confiance en vous il existe des coachs en développement personnel, des sophrologues pour vous aider à pallier à cela. Rien ne vous empêche de devenir indépendante si vous en avez envie.

 

Des souhaits pour améliorer l’entrepreneuriat au féminin ?

Pas spécialement, si ce n’est que je pense que l’éducation nationale devrait mettre à jour leur programme scolaire et dire aux jeunes que créer son entreprise, c’est possible !

Et que les femmes ont autant de chance d’être cheffe de son entreprise, d’une équipe ou d’être employée et d’avoir une égalité de salaire avec un homme.

 

N’hésitez pas à jeter un oeil sur la page Facebook d’Aurore pour plus d’informations : Lanore Bien-être & Esthétique

Entreprendre au féminin ? C’est possible ! – Kathy

En quoi consiste votre activité ?

Je suis psycho-énergéticienne.  J’utilise à la fois les énergies et la parole pour délivrer les nœuds que certaines personnes peuvent avoir en elles.  Je les accompagne à se défaire de leurs croyances limitantes et de leurs peurs afin qu’ils puissent voir la vie sous un autre angle. Nous amenons et construisons le positif, ensemble.

Mon cabinet se situe dans l’Avesnois, à la campagne. C’est vraiment un endroit idéal pour mon activité, à l’orée de la forêt et propice à la détente.

 

Qu’est-ce que vous faisiez avant de devenir entrepreneur ?

J’ai étudié la comptabilité, par défaut… Ce n’était pas du tout un choix de cœur ! Ca ne me plaisait pas vraiment et du coup, je n’ai pas validé mon diplôme.

En parallèle, j’ai eu des soucis personnels. Ils m’ont amené à me questionner sur ce qui se passait dans mon inconscient. J’ai commencé à m’interroger sur la capacité de notre corps à nous parler. Les signaux qu’il nous envoie sont des messages fondamentaux et on a tendance à les ignorer, à faire comme si rien ne se passait !

J’ai donc décidé d’entamer un travail sur moi et c’est là où j’ai commencé à m’intéresser au shiatsu et à la psycho-énergétique.  Ces activités sont un bon moyen d’apprendre à s’écouter pour pouvoir se raisonner.

 

Quel a été votre déclic ? vos motivations ?

C’est simple, mon métier ne peut se faire qu’en indépendant ! Il n’y a de poste à pourvoir en salariat classique.  Puis, j’ai plutôt un esprit libre, travailler à mon compte me correspond totalement, plus que si je travaillais dans une structure.

Devenir psycho-énergéticienne était une évidence.  J’ai énormément étudié tout ce qui est énergétique et système énergétique notamment au travers du shiatsu qui pour moi est un outil extraordinaire.  C’est un métier-passion.

Dans mon métier, j’apprécie le relationnel, de pouvoir échanger avec nouvelles personnes et les accompagner vers l’épanouissement de ce qu’ils ont déjà à l’intérieur d’eux.

 

Qu’est-ce qui vous rend le plus fière ?

Ma fierté, c’est l’indépendance que j’ai pu acquérir, autant en temps qu’entrepreneure que dans mon quotidien ! C’est vraiment ce qui me définit dans tous les domaines de ma vie.

 

Qu’est-ce que vous a apporté l’Association Germinal et son accompagnement ?

Germinal m’apporte un énorme soutien. Mon accompagnement me confirme que je fais bien les choses.  Je gagne en confiance sur ce que je fais déjà.

C’est aussi beaucoup d’apprentissage.  J’ai pu découvrir de nouveaux outils qui vont vraiment m’aider à développer mon activité.  C’est pour moi la découverte d’un nouveau royaume, notamment en communication !

Grâce à ces nouvelles connaissances, je me rends compte que des choses que je voyais très complexes ne l’étaient pas tant.  Avec un peu d’explication et de soutien, c’est tout de suite plus facile !

 

Des conseils à donner aux futures entrepreneures ?

Tout simplement, oser ! Oser entreprendre, oser vous lancer dans cette belle aventure… On a toutes en nous des énergies et les ressources nécessaires pour réussir.

 

Des souhaits pour améliorer l’entrepreneuriat au féminin ?

Etre femme entrepreneur, c’est souvent un double travail entre gérer son activité et s’occuper de la maison.

Je souhaiterais que la charge mentale au sein du foyer soit mieux équilibrée.  Même si c’est franchement en train de changer. C’est à nous de prendre notre place dans le fauteuil et d’accepter de ne pas pouvoir tout faire.